Avez-vous déjà entendu parler de « Persona Marketing » ? Non ? Je vous rassure, je ne connaissais pas moi non plus, il y a quelques années quand j’ai lancé ma première entreprise. Et c’est certainement l’erreur numéro un des solopreneurs quand ils lancent leur activité : voir des clients partout, vouloir vendre à tout le monde et donc… à personne !

 

« Mais pas du tout, Edith ? Moi, mon produit/service, tout le monde peut en avoir besoin ! »

 

Ça va peut-être vous surprendre, voir vous faire peur, je sais que c’est un point ultrasensible pour nombre de solopreneurs, mais la réponse est : non, tout le monde n’a pas besoin de votre produit/service, aussi géniaaaaalissime soit-il.

 

Ne fermez pas cette page immédiatement et laissez-moi vous expliquer pourquoi et comment identifier votre persona marketing (aussi connu sous le nom de client idéal, clientèle cible, ou avatar).

 

Pourquoi créer un persona marketing ?

 

Quand j’ai créé ma première entreprise dans le conseil en image, je pensais sincèrement que ça intéresserait tout le monde.

On me demandait d’intervenir pour des étudiants ? Et hop, je créais une offre d’ateliers pour eux.

Les personnes en recherche d’emploi ? Et une autre offre (ou 2)

Des personnes qui avait maigri ? Re une autre offre

Des collégiens ? Et encore une offre (différente de celle des étudiants, bien sûr)

Une entreprise avait besoin de mes services pour ses hôtesses d’accueil ? Bon, je crois que vous avez compris.

 

Sauf que toutes ces offres, je ne pouvais jamais les « recycler » d’un type de client à un autre. Je m’entends encore expliquer à mon fils (10 ans à l’époque) : « C’est comme si j’ai une grosse pelote de laine au-dessus de la tête avec plein de fils qui pendent. Et je saute pour les attraper. A la fin, je vais bien finir par tirer sur le bon fil, celui qui marchera. »

 

Bon, à force de sauter et de tirer sur tous les fils, vous savez ce qui est arrivé : un gros nœud ! Et l’épuisement, les désillusions, la démotivation et la procrastination devant toutes ces clientèles que je devais démarcher : un jour les particuliers, un jour les entreprises, un jour les universités, un jour les collèges, un jour les Weight Watchers et consorts etc. Et ainsi de suite, on recommence le lundi d’après.

Au final, beaucoup d’efforts qui ne portaient pas leurs fruits et un business qui ne décollait pas.

Avec en plus, un stock de prospectus différents pour chacun, mon site Internet qui ressemblait à un souk, il y en avait partout. Quant à ma présence sur les réseaux sociaux, quasi inexistante. Ma comm’ n’était vraiment pas à la hauteur.

 

En plus, je dois bien le reconnaître, il y avait certains ateliers, ça me plaisait moyen moyen de les animer parce que, même si les personnes étaient sympas, leur problématique, ce n’était pas ça qui me faisait vibrer. Moi, ce que j’aimais, c’était travailler avec les entrepreneurs.

 

Donc vous voyez, ma cible, à l’époque, c’était tout le monde. Je passais des heures à concocter des offres et une communication pour chacun. Ça nourrissait ma fibre créatrice, mais pas mon compte en banque !!!

 

Mais ça, c’était avant !

Ouhhhh, ce teasing est absolument insoutenable ! Et pourtant, il vous faudra attendre le prochain article pour connaitre la suite : comment définir votre client idéal.

Si vous ne pouvez pas attendre, que votre business ne décolle pas et vous aimeriez bien savoir pourquoi, prenez rv pour une séance diagnostic offerte et nous ferons le point sur ce que vous avez déjà mis en place et ce qui vous manque pour vivre de votre activité.

Partagez cet article si vous l'avez aimé !

Sophie
Sophie

Elle m’a permis de clarifier mon projet et de me focaliser sur ma cible.

Je voulais remercier Edith du travail effectué ensemble. Elle m’a permis de clarifier mon projet et de me focaliser sur ma cible. Sa ténacité et sa qualité d’écoute ont été un support indispensable pendant cette période. Je la recommande chaudement à toute personne désireuse d’avancer, de développer une entreprise et d’aligner ses comportements à ses idées. »

-->